• Blessures et poésie.

    Silence, absence de sens.  Des regards perdus et ce sang...il coule puis s'assèche doucement. Ma lame glisse entravant mon bras meurtri. Ma chair libère le liquide de mes tourments, de ma blessure, de mon corps abîmé et sali. La haine en moi  me brûle, la flamme consume lentement ma tendre chair d'une pale couleur. Mon  corps te réclame jolie poésie, toi qui a l'âme si belle, si désirable, tu m'attires et sur  une feuille je libère mes mots, mes maux renfermés pas mon cœur, la plume y glisse doucement laissant échapper  ma souffrance telle ma lame glissant sur ma peau. Les gouttes de sang salissent le papier blanc, se mélangeant aux larmes, à l'encre noire, aux mots minutieusement écris. Tu m'écoutes, me comprends et dans se sombre silence qui nous lie, tu ne me juge pas, jamais. Fidèle amie, garde moi, fait de moi un être meilleur, je t'en pris...

    © Joanne


  • Commentaires

    1
    moi
    Jeudi 28 Octobre 2004 à 19:35
    ...
    que dire.. je me retrouve ds t mots, c tt.
    2
    entitée sepulcrale
    Jeudi 28 Octobre 2004 à 19:48
    ?
    mais qui es tu?
    3
    moi
    Jeudi 28 Octobre 2004 à 19:58
    ...
    oh moi je ne suis qu'une âme perdue errant dans ce monde, par erreur sans doute
    4
    Mercredi 21 Décembre 2005 à 02:29
    un passage
    souvent emprunté...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :